J’ai testé : arrêter le sucre pour perdre mes kilos de grossesse

Perdre ses kilos de grossesse en arrêtant le sucre
©Belly Balloon Photography/Les Louves

On en entend beaucoup parler : les méfaits du sucre sur la santé et la silhouette sont de plus en plus reconnus et dénoncés par le corps médical. Motivée pour perdre ses kilos de grossesse, Marion en a profité pour arrêter le sucre pendant 1 mois et nous raconte cette expérience de rééquilibrage qui a modifié en profondeur son alimentation.

J’ai pris peu de kilos pour ma deuxième grossesse (11kg) et les perdre n’était pas une priorité. C’était même plutôt l’inverse ! Je me préparais chaque matin des petits déjeuners gargantuesques pour récupérer des nuits mouvementées, je mangeais deux tablettes de chocolat par jour, pour « tenir », compenser la fatigue des nuits blanches, avec à la clef un sentiment de fatigue lancinant…

« Pourquoi pas moi »
Quand mon fils a eu deux mois, alors que je n’avais pas perdu 1 gramme depuis l’accouchement, j’ai eu un déclic en entendant ma maman me dire gentiment « pas étonnant avec tout le sucre que tu t’imposes ». C’était la première fois qu’on désignait du doigt le « sucre » : pas le chocolat, pas les biscuits, pas le gras, mais bien le sucre. Et puis ce verbe « s’imposer » : oui, tout ce sucre ne devait en effet pas être très bon pour mon corps… J’ai filé sur Internet lire quelques articles sur le sujet, j’en ai parlé avec une amie qui avait drastiquement réduit la quantité de sucre dans son alimentation depuis plus d’un an, et je me suis dit « pourquoi pas moi ». Je suis extrêmement gourmande, j’adore le chocolat, les pâtisseries, à la fin de ma grossesse je cuisinais même un gâteau par jour (quatre-quarts, moelleux, tartes, clafoutis…)… Même si j’ai toujours eu une alimentation plutôt équilibrée, j’ai ressenti le besoin de changer quelque chose. Non seulement pour perdre mes kilos de grossesse, mais aussi pour puiser de l’énergie là où je pouvais en trouver (et c’était évident que les longues nuits de sommeil n’étant pas envisageables dans les mois à venir, il fallait que je trouve une alternative !). Alors du jour au lendemain j’ai arrêté le sucre, en me fixant comme objectif un mois sans sucre.

« Pas question d’avoir faim »
Ne souhaitant pas être trop radicale, je me suis autorisé les sucres naturels contenus dans les fruits et fruits secs (même si j’ai mis en stand by pendant cette période ma passion pour les mangues et les bananes, qui se trouvent être les fruits ayant la teneur en sucre la plus élevée), et les sucres complexes (que l’on trouve notamment dans le riz, les pommes de terre, la farine, le pain …). J’ai dû très vite modifier des dizaines de petites habitudes : la confiture sur les tartines du petit-déjeuner (que j’ai remplacée au pied levé par des fruits écrasés : framboises, abricots, pêches), le carré/la tablette de chocolat en milieu de matinée (remplacée par des fruits secs), le dessert, le goûter… Et, un détail qui n’en est pas un, il n’était pas question pour moi d’avoir faim : je ne faisais pas un régime, je devais avoir de l’énergie pour gérer le quotidien avec deux enfants, en plus j’allaitais, donc je n’étais pas dans une démarche de restriction…

« J’ai perdu 7 kilos en un mois »
J’ai eu la chance d’entamer cette petite cure au début de l’été, une saison absolument idéale pour se faire plaisir chez le primeur : je faisais chaque jour au marché le plein de fruits de saison : melon, pastèque, fraises, prunes, framboises, pêches, abricots, etc. J’ai inventé de nouveaux desserts, avec toujours les fruits frais comme base, un yaourt au lait végétal, un granola maison sans sucre… J’ai eu l’impression de manger beaucoup plus, j’étais rassasiée après mes repas et j’ai commencé naturellement à moins grignoter entre les repas (ce qui était impensable pour moi, j’ai toujours fonctionné en grignotant toute la journée !). Les résultats sur mon poids ont été radicaux : j’ai perdu 7 kilos en un mois, sans avoir jamais l’impression de me priver. Alors c’était certes des kilos dont je n’avais pas besoin, qui étaient là uniquement parce qu’ils m’avaient accompagnée pendant ma grossesse, mais j’ai été stupéfaite de voir avec quelle facilité je m’en suis délestée.

La phase d’après…
Après un mois sans sucre, j’ai continué sur ma lancée sans avoir l’impression de faire d’effort et finalement j’ai fait abstraction de tout sucre ajouté pendant quasiment trois mois. À la rentrée, j’ai réintroduit petit à petit quelques plaisirs sucrés dans mon alimentation. Pas forcément parce que j’étais frustrée, mais parce qu’en revenant de mon congé maternité les dîners entre amis, goûters et déjeuners professionnels ont repris et que je ne me voyais pas refuser une part d’un bon gâteau préparé par une amie ou ne pas goûter les délicieuses pâtes de fruits rapportées par une autre…

Depuis, j’ai considérablement réduit ma consommation de sucre au quotidien : je diminue au moins par deux, voire par trois les quantités dans les recettes, je remplace dès que je le peux le sucre par un élément plus naturel et plus sain (des fruits, de la purée d’oléagineux type purée d’amande ou de sésame) je ne mange plus (ou presque !) de biscuits industriels, j’ai remplacé les céréales que je piquais parfois à ma fille par du granola maison que je prépare chaque week-end, et qu’elle me pique à son tour…

J’ai modifié ma façon de cuisiner, de m’alimenter et la plus belle des récompenses est que les effets sur ma santé ont été assez radicaux : en plus des kilos perdus (et que je n’ai pas repris en réintroduisant le sucre de façon modérée, j’ai moins de maux de tête, plus du tout de ballonnements après les repas et le soir avant de me coucher, je profite d’une meilleure énergie au quotidien…

 

Conseils de livres pour se lancer dans une alimentation sans sucre :
Cuisiner Sans Sucre Ajouté – La Bible, de Spencer Quinn : On se régale avec ces recettes très inventives, hyper faciles à réaliser et vraiment gourmandes… Un petit coup de cœur pour les muffins à la patate douce et le pudding aux graines de chia très simple à réaliser et délicieux.
Zéro sucre, mon année sans sucre, de Danièle Gerkens : l’auteure est journaliste au magazine ELLE et raconte le défi qu’elle s’est lancé, le vide qu’elle a fait dans ses placards et les effets ultra bénéfiques sur sa santé après une année sans sucre.

Deux documentaires à regarder si l’on veut finir de se convaincre de réduire sa consommation de sucre :
Cash Investigation : Sucre, comment l’industrie vous rend accros
Sucre, le doux mensonge, diffusé initialement sur Arte

M.R.
Crédit photo : BellyBalloonPhotography x Les Louves

Lire aussi sur Les Louves 
Notre recette de cake à la banane sans beurre ni sucre
J’ai testé : la ceinture Belly Bandit après l’accouchement
Idée de recette : le granola sans sucre

(Visited 5 769 times, 1 visits today)
Il y a 2 commentaires Lire les commentaires Laisser un commentaire
  • Céline dit :

    Bonjour,
    Votre article raisonne beaucoup en moi. Puisque je viens de créer Les gourmandises de Célinou, ma marque de biscuits bio gourmands et sains, pour le gouter des enfants (et même des grands!). Une de mes priorités est en effet de réduire la teneur en sucre dans chacune de mes recettes. La gourmandise ne vient pas du sucre ajouté ! Je travaille l’équilibre et les associations de saveurs pour apporter la gourmandise et le goût. Les parents veulent dus ains et les enfants de la gourmandise !!
    Et en tant que libanaise, j’ai aussi une palette de saveurs à ma disposition : Crackers aux graines et au thym d’Orient, Biscuits cranberries eau de rose, Biscuits sarrasin pépites de chocolat et sumac, Moelleux abricots secs amande et fleur d’oranger…
    Bref, il est important que nos enfants prennent conscience de ce qu’il mange (grand projet éducatif !!)
    Merci pour votre témoignage qui me conforte dans mes missions quotidiennes, de proposer une alternative aux biscuits industriels ! Même si c’est se battre contre des géants !!
    On tient bon!!
    Je serai ravie de discuter de ce sujet avec vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *