Comment se préparer à un accouchement sans péridurale ?

accouchement-sans-peridurale
©Belly Balloon Photography / Les Louves

Voilà une liberté dont n’ont pas profité la plupart de nos mamans : pouvoir choisir d’avoir recours, ou non, à la péridurale lors de l’accouchement et se préparer en conséquence. Pour celles qui font le choix d’accoucher « naturellement » mais aussi toutes celles pour qui l’anesthésie est contre-indiquée, voici les méthodes les plus efficaces pour gérer la douleur et vos efforts pendant ce moment si intense.

 

L’acupuncture
Cette méthode de médecine chinoise peut s’avérer utile pendant la grossesse. « Elle est basée sur l’équilibre des énergies du corps et de l’esprit, explique Marie Le Bartz, sage-femme acupunctrice à Paris. Un symptôme montre un déséquilibre parfois plus profond que l’on tente de rétablir. » Dès le début de grossesse et à raison d’une séance par mois, elle peut soulager certains maux comme les nausées, l’insomnie ou l’anxiété. Dans le cadre de la préparation à l’accouchement, l’acupuncture permet de préparer le col, les muscles et les tendons et aide la future maman à se relaxer. Si le bébé tarde à arriver ou en cas de dépassement du terme, une séance peut être organisée à partir de la 37e semaine pour déclencher le travail. Elle peut même être pratiquée pendant le travail pour atténuer la douleur et aider la maman à se détendre. Marie Le Bartz révèle que si l’acupuncture n’enlève pas la douleur le jour de l’accouchement, elle « prépare le corps et le mets dans des dispositions favorables pour que l’accouchement se déroule le plus harmonieusement possible ».
Le conseil de lecture de Marie Le Bartz : La pratique de l’acupuncture en obstétrique de Christian Rempp et Annick Bigler, Editions La Tisserande.


La sophrologie
Cette méthode psycho-corporelle reprend les principes de l’hypnose et du yoga. Pour Barbara Bouhanna, sage-femme sophrologue à Paris: « On travaille le corps et l’esprit. On essaie de retrouver une respiration ventrale apaisante que l’on perd en situation de stress ». Le cours de déroule en trois phases: la relaxation, la visualisation positive et le recueil des sensations. « Pour les femmes enceintes, explique Barbara Bouhanna, on travaille sur la dimension positive du travail qui ouvre le col et fait descendre le bébé. Il faut comprendre l’action de la douleur. Plus on est détendue, plus on se dilate. » Le jour de l’accouchement, l’inconscient aura été entraîné à se réfugier dans sa visualisation positive, son « objet bouée » et la maman se concentrera sur sa respiration. Sept séances sont prises en charge par la sécurité sociale et l’on peut ensuite reproduire les exercices chez soi.
Les conseils de lecture de Barbara Bouhanna :
Préparation Sophrologique à la naissance d’Elisabeth Raoul avec CD, Intereditions.
Se préparer à la naissance en pleine conscience de Nancy Bardacke avec CD aussi, Editions Le Courrier du Livre.

 

Le chant prénatal
Dans votre ventre, le bébé est très sensible aux sons, notamment à votre voix et à celle de son papa. Le chant prénatal, par son travail sur la respiration et les sons a l’avantage de relaxer tout en permettant de tisser un lien avec l’enfant pendant la grossesse. Marcelline Carpene-Retailleau, sage-femme spécialisée dans le chant prénatal explique: « Lors du premier cours, nous travaillons la respiration par des exercices adaptés pour le chant, ensuite on travaille sur les voyelles, c’est-à-dire des suites vocaliques qui harmonisent la respiration et apportent une détente. » Vous pouvez démarrer les cours dès le second trimestre de la grossesse, dans le cadre de la préparation à l’accouchement prise en charge par la sécurité sociale. Au-delà des vocalises, c’est tout un répertoire de chansons qui est proposé, notamment des berceuses que la maman pourra chanter avant, pendant et après la naissance. Pour Marcelline Carpene-Retailleau, la méthode est utile au cours de la grossesse et au moment du travail: « Pendant les contractions, il est plus facile de respirer en émettant un son, ça aide à canaliser la douleur et installe la maman dans une bulle. »
Les conseils de lecture de Marcelline Carpene-Retailleau: Les ouvrages de Marie-Louise Aucher sur la psychophonie.

 

L’hypnose
Dans la même lignée que la sophrologie, l’hypnose permet de gérer le stress, la douleur et la peur en agissant sur la pensée. En entraînant votre esprit à se focaliser sur quelque chose d’apaisant, vous aurez plus de facilité à atténuer la douleur et surtout à ne pas paniquer le jour de l’accouchement. Laurence Vinant, sage-femme, explique comment se déroule une séance: « On questionne d’abord la femme sur ses motivations, ses peurs, puis on utilise ce qui a été dit dans un état d’hypnose pour que le conscient soit en phase avec l’inconscient. Il peut s’agir d’une peur du monde hospitalier, de la douleur ou autre. Le but est de régler cette peur pour qu’elle n’existe plus le jour de l’accouchement. » Pour se préparer, il est conseillé de démarrer les séances d’hypnose dès le sixième mois, puis tous les quinze jours, et dès qu’une angoisse se fait ressentir…
Conseil de lecture : Hypnose et gestion de la douleur, éditions l’Harmattan.

 

La méthode Bonapace
Cette méthode, créée au Québec par Julie Bonapace, consiste à préparer son corps et son esprit à supporter la douleur en faisant activement participer le papa. Par des massages du bas du dos et des pressions sur des points d’acupuncture au niveau des mains, des pieds et des fesses, le papa soulage la future maman et l’accompagne tout au long du travail. La méthode Bonapace apprend aussi à mieux comprendre et sentir son corps en appliquant des techniques de yoga ou par des mouvements sur le ballon. Enfin, un travail sur la respiration est également proposé et sur le « détournement de l’attention », c’est-à-dire arriver à dévier sa pensée de la douleur pour la focaliser sur ce qui se passe dans son corps, et sur la naissance imminente de son bébé. Certaines sages-femmes sont formées à cette méthode et pourrons vous accompagner en couple lors de votre préparation.
Conseil de lecture: Accoucher sans stress avec la méthode Bonapace, de Julie Bonapace, Les Éditions de l’Homme.

Tiphaine Lévy-Frébault.
Crédit photo : ©Belly Balloon Photography.

Lire aussi sur Les Louves
Vos confidences : j’ai décidé d’accoucher sans péridurale
Qu’est-ce qu’un projet de naissance ? 

(Visited 1 364 times, 2 visits today)
Il y a 0 commentaire Lire les commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *