Confidences de maman : la fratrie heureuse de Maï, créatrice de The Marceline

Dans son atelier parisien, elle imagine des bijoux fins et intemporels, quelle aime faire graver pour des créations sur-mesure. Maï de Colnet est une passionnée, qui a quitté son job davocat pour créer sa marque : The Marceline. Maman de trois garçons, elle trouve son équilibre au quotidien entre son rôle dentrepreneur et sa fratrie heureuse. Rencontre autour dun petit-déjeuner en famille, avec la complicité de Stokke.

 

Son parcours n’est pas commun : avocate de formation, Maï a sans hésiter effectué un virage à 180 degrés en quittant le code civil pour créer son propre atelier de création de bijoux. Alors enceinte de son premier fils, Gaspard, elle lance sa jolie marque baptisée The Marceline, qui séduit vite les jeunes mamans, avec ses médailles en or personnalisables et ses créations délicates et uniques, signées d’une petite lune, son porte-bonheur. Depuis, sa petite entreprise l’occupe à plein temps, et la famille s’est agrandie avec l’arrivée de César il y a deux ans, et d’Ernest, il y a quelques semaines à peine. Entre ses trois garçons et son atelier, Maï vit au quotidien « une course folle », faite de grandes tablées, de chamailleries et de moments précieux en famille.

the-marceline

Entrepreneur et maman de 3 enfants Comment fais-tu au quotidien pour concilier les deux ?
Au quotidien, c’est vraiment une course folle… J’ai gardé les deux grands à la maison avec moi leur première année: c’est notamment pour pouvoir faire ces choix-là que j’avais décidé de créer ma boîte. Maintenant Gaspard est à l’école et César est à la garderie toute la semaine, ce qui m’a permis de m’investir pleinement dans The Marceline. Je compte garder Ernest aussi le plus longtemps possible avec moi, mais je sais que la limite arrivera plus vite cette fois-ci, car mon activité m’occupe maintenant à temps plein. Je n’arrête jamais vraiment, sauf depuis la naissance d’Ernest en janvier. Je prends une pause, nécessaire pour organiser notre nouvelle vie et faire en sorte que The Marceline n’empiète plus autant sur notre vie personnelle.

As-tu une arme secrète pour rester zen quand tu te sens débordée ?
Oh ! Comme j’aimerais l’avoir trouvée, l’arme infaillible, qui te fait rebondir en deux secondes et éviter la crise diplomatique à 19h quand tout le monde est crevé ! En pratique, je suis surtout très secondée par mon mari et ça n’a pas de prix. Au quotidien, dans les périodes de rush pour The Marceline, je ne réfléchis plus trop et je prends les choses comme elles viennent, tant pis si ce n’est pas comme je voudrais, et si ce n’est pas parfait ! L’appartement ressemble alors à un joyeux bazar, et je m’efforce de me dire que ça n’a finalement aucune importance.

Trois enfants, était-ce une envie depuis toujours ?
Oui ! Et pour mon mari aussi. Nous venons tous les deux de fratries de quatre et cinq enfants, alors c’est un peu une évidence. Les grandes tablées, la vie à la maison… Les enfants débordent d’énergie et nous aurons peu de répit pendant quelques années, mais c’est tellement chouette de les voir déjà si complices. Et puis c’est trois pour le moment, mais qui sait… Je ne pense pas que cela s’arrête là !

the-marceline

Premier, deuxième, troisième, chaque naissance provoque une petite révolution dans la famille, comment as-tu vécu ces étapes ?
Gaspard a fait de moi une maman, mais pas du tout à l’image de ce que j’avais imaginé. C’est un enfant qui a peu dormi, nous avons accumulé beaucoup de fatigue et j’ai du coup laissé tomber quelques principes et ai été plus laxiste que je ne l’imaginais. Puis César est arrivé, un bébé qui a dormi au bout de dix jours, je n’en revenais pas ! Nous avons commencé à trouver un bon rythme, mais toujours avec des nuits totalement hachées… J’avais dit à mon mari, pas de troisième tant qu’on n’a pas au moins quelques nuits de suite sans aucun réveil. Mais finalement, ne voulant pas attendre qu’ils soient ados, Ernest est arrivé bien avant que les nuits soient bonnes. Je l’ai attendu avec beaucoup d’impatience. Et c’est un bébé vraiment calme et facile. Et puis, tout se fait si naturellement avec un numéro trois, c’est plus fluide.

Quest-ce qui te touche dans la relation quils construisent entre frères ?
Ils sont très complices, mais peuvent aussi être comme chien et chat. J’aime les entendre le matin jouer dans leur chambre, construire des cabanes, des circuits de train. Gaspard est très protecteur avec César et aime lui « enseigner » des choses. Avec Ernest, ils ont déjà créé un lien fort : ils lui sautent dessus pour le câliner quand ils le retrouvent le soir, bien avant de me sauter au cou d’ailleurs ! Je fonds en les voyant ensemble et quand j’entends Gaspard lui dire pas plus tard que ce matin : « Je serai toujours là pour toi ». Tout est dit…

the-marceline

Comment as-tu choisi les prénoms de tes trois fils ?
Pour les trois, nous n’avons jamais demandé le sexe, alors il nous fallait un prénom de chaque. Pour Gaspard, nous n’avons pas eu à réfléchir beaucoup, c’était décidé et nous étions d’accord depuis longtemps. Pour César, nous n’avions aucune idée, nous étions déjà à court de prénoms de garçon ! Et puis nous sommes tombés sur le prénom César et ce fut une évidence. Pour Ernest, cela a été plus compliqué. Jusqu’au jour J, nous n’étions pas encore décidés : j’avais Ernest en tête mais mon mari accrochait moins… J’ai fait du lobbying pendant le dernier mois et puis 5 minutes avant mon accouchement, au creux de l’oreille il m’a dit  « si c’est un garçon, go pour Ernest ! ».

La chaise Tripp Trapp permet à Ernest de partager les moments à table avec ses frères : peux-tu nous dire ce qui te plaît dans cette chaise ?
Mais pourquoi n’ai-je pas connu cette chaise Tripp Trapp plus tôt ! Elle est parfaite. Le set nouveau-né pour mettre le bébé dès la naissance est vraiment idéal, j’y installe Ernest quand je prépare le dîner, il est tout calme et m’observe, ensuite c’est la dispute entre ses deux grands frères pour savoir qui l’aura à côté de lui pendant le dîner !

Retrouvez la chaise Tripp Trapp sur le site de Stokke et profitez du nouveau service de gravure personnalisée.
Article réalisé avec notre partenaire, Stokke.
Crédit photo : Belly Balloon Photography pour Les Louves.

 MR.

 

Lire aussi sur Les Louves
Confidences de maman : l’heureux trio d’Anne-Claire Ruel
Rituels avec les enfants : un petit-déjeuner avec Chrysoline, de Balzac Paris

(Visited 7 618 times, 2 visits today)
Il y a 0 commentaire Lire les commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *