Confidences de maman : la nouvelle vie de Laure de Sagazan

laure-de-sagazan-leslouves
©Belly Balloon Photography / Les Louves

En quelques années, son nom est devenu un sésame pour toutes les futures mariées, synonyme d’élégance et de modernité, de féminité surtout. Laure de Sagazan, co-entrepreneur et créatrice de robes de mariée, se découvre dans le rôle de maman depuis la naissance de Joseph, en mars dernier, et n’en revient pas de s’y sentir aussi à l’aise… On l’a rencontrée chez elle, pendant son congé maternité, pour lui parler de cette nouvelle vie à trois.

 

Nous avons (presque) le même âge et elle est d’une gentillesse et d’une simplicité évidentes qui mettent à l’aise ; pourtant Laure de Sagazan m’impressionne. Parce que son nom est devenu une griffe prestigieuse dont raffolent les Françaises et les New-Yorkaises sans doute… Mais aussi parce qu’elle possède un univers bien à elle, une personnalité d’artiste qui se ressent dans son style et la décoration de son appartement. Elle m’expliquera qu’elle chine absolument tout dans les brocantes, les salles des ventes, sur Le Bon Coin ou chez Emmaüs : que ce soit une lampe Art Déco ou un vieux chemisier dont elle aime un bas de manche. C’est la petite touche rétro que l’on retrouve dans chacune de ses robes et qui a fait son succès, l’art de mixer un galon, une série de boutons anciens, une broderie ou une dentelle un peu désuètes avec des coupes modernes, qui rend au passage sa silhouette et son allure à la jeune mariée…

Le plaisir d’être indépendante
« Je ne pense pas avoir inventé un style, dit-elle, mais nous avons peut-être senti le désir des femmes d’être moins déguisées pour leur mariage », et de décrire une génération, dont elle fait partie, qui ne se rêve plus en princesse mais en femme libre, qui entreprend, se marie plus tard et qui vit et s’approprie son mariage à 100%. Elle-même travaille 7 jours sur 7 auprès de son mari et de sa cousine depuis six ans, et savoure chaque jour le plaisir d’être indépendante, de faire ce qu’elle aime au sein d’un trio « qui fonctionne bien et où chacun a son rôle ». Pourtant, l’arrivée de Joseph, âgé d’à peine un mois lors de ma visite (et qui vient tout juste de se rendormir dans ses bras), lui fait appréhender le retour à l’atelier…

« Je suis peut-être une mère poule ! »
Plutôt du genre fonceuse et passionnée par son travail, Laure est ravie de faire une vraie pause et de déconnecter complètement depuis la naissance : « je suis partie une semaine avant d’accoucher, parce que j’étais en pleine forme et parce que mon boulot est un plaisir, mais j’adore mon congé maternité », confie-t-elle avec un air étonné. « C’est une grosse surprise pour moi car je ne suis pas « maternelle » à la base, je n’ai jamais vraiment été portée sur les enfants. Aujourd’hui je suis émerveillée par l’effet que me fait ce bébé de quelques jours ! » À 31 ans, elle découvre cette nouvelle facette d’elle-même qu’elle n’avait pas soupçonnée et qui lui fait redouter un peu la suite : « je suis peut-être une mère poule en fait », me dit-elle en riant, avant d’avouer qu’elle a une « trouille bleue » de reprendre le boulot dans à peine un mois demi…

Une nouvelle vie à trois, et plus…
« Avec Edouard, mon mari, qui est aussi gaga que moi, on a pris l’habitude de prendre peu de vacances et on ne décroche jamais vraiment. L’entreprise a pris beaucoup de place dans notre vie et on se demande comment on va réussir à être présents pour Joseph. Nous avons envie d’être là et de lui transmettre toutes les clefs pour être heureux et bien dans sa peau, c’est l’essentiel ». On la sent à la fois heureuse et un brin inquiète lorsqu’elle réalise que ses priorités ne seront plus jamais les mêmes : « on travaillera toujours beaucoup mais nos enfants passeront désormais au premier plan. ». Et pour cause, elle sourit déjà à l’idée de lancer un petit deuxième, un troisième voire un quatrième… Si l’instinct maternel existe, Laure vient de découvrir ses pouvoirs.

laure-de-sagazan

Son actualité du moment :
Juste avant d’accoucher Laure a signé une ligne de trois silhouettes pour Jacadi : une capsule adorable où l’on retrouve l’esprit des deux griffes pour habiller les petites filles du cortège de la mariée. Plus d’infos sur lauredesagazan.fr.
Autre belle collaboration pour cette saison : Laure de Sagazan et Oh My Cream s’associent pour proposer aux futures mariées un service sur-mesure pour préparer sa peau (diagnostic + soin du visage dans un institut OMC) et apprendre à se maquiller pour le jour J. On aime et on recommande. Plus d’infos sur ohmycream.com.

 

M. D.
Crédit photo : ©Belly Balloon Photography / Les Louves

 

Lire aussi sur Les Louves
Cortège de mariée : jolies tenues pour les enfants d’honneur
Confidences de maman : ma vie d’expatriée en Afrique du Sud

(Visited 8 404 times, 1 visits today)
Il y a 1 commentaire Lire les commentaires Laisser un commentaire
  • Bonjour et merci pour ce portrait de Laure de Sagazan dont j’adore les créations.
    Vous avez bien décrit son style.
    J’aime beaucoup les portraits que vous réalisez, mais je me pose une petite question.
    Voilà j’aime suivre votre site (j’ai une petite fille de près de deux ans), mais il faut bien admettre que parfois ces portraits sont trop “parfaits”, des mum entrepreneuses parfaites.
    C’est la ligne éditoriale que vous vous êtes fixés, j’en suis consciente. Mais je rêverais de voir un jour sur les louves un portrait de maman pas forcément parfaite, dans son appartement au quotidien, pas forcément apprêtée, juste pour décomplexer certaines d’entres nous qui viennent d’accoucher… car mon dieu qu’est ce que j’ai complexé, douté et culpabilisé lors de mon congé maternité.
    Ce commentaire n’est rien d’autres qu’un commentaire bienveillant, j’aime vous suivre, mais j’aimerai parfois voir des choses un peu différentes…
    Merci d’avance de prendre le temps de lire ce commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *