Crèche ou nounou à domicile : quel mode de garde est fait pour vous ?

mode-de-garde

Le futur bébé mesure à peine 10 cm dans le ventre de sa maman qu’il faut déjà envisager des solutions pour le faire garder après le congé maternité… Les démarches sont souvent longues et laborieuses pour trouver une crèche ou la nounou idéale, mieux vaut donc savoir ce qui nous attend et quelle solution est la plus adaptée à notre quotidien. Petite mise au point pour les novices qui hésitent entre nounou et crèche.

 

Nounou à domicile, la solution rassurante et flexible

Les avantages : Cette solution rassurante et plus personnalisée permet aussi de gérer librement les horaires : une nounou pourra éventuellement faire quelques heures supplémentaires un soir de semaine et vous pouvez organiser ses horaires en fonction de votre emploi du temps. Le choix de recruter une nounou peut aussi s’imposer lorsque l’on a un bébé fragile qui a tendance à attraper le moindre virus qui traîne ou qui a des allergies alimentaires nécessitant un suivi très strict : il sera moins exposé à la maison qu’à la crèche. Enfin, une nounou peut aider à certaines tâches pour l’entretien de la maison (courses, ménage, repassage), si cela est stipulé dans le contrat que vous signerez avec elle.

Les inconvénients : Faire garder son enfant à domicile implique de veiller à certains éléments de sécurité pour éviter les accidents (prises, coins de tables, produits dangereux..) en particulier lorsque l’on choisit de partager sa nounou avec une co-famille. Recruter une nounou implique aussi de devenir employeur et donc de gérer non seulement un certain nombres de tâches administratives, mais aussi une relation qui est à la fois professionnelle et très personnelle avec la personne qui s’occupe des enfants. Enfin, les enfants ayant besoin d’être de plus en plus stimulés en grandissant, les journées passées avec une nounou peuvent sembler frustrantes pour les parents.

Le coût
Recruter une nounou à domicile pour s’occuper d’un seul enfant revient plus cher qu’une place en crèche publique. La famille dispose néanmoins d’une aide de la CAF calculée selon ses ressources. Pour les parents ayant des revenus cumulés supérieurs à 3500 euros par mois, la solution de la garde partagée peut parfois être plus intéressante que la crèche, dont les tarifs varient en fonction des revenus de la famille.
Plus d’informations sur le coût d’une nounou à domicile.

Le recrutement
Pour trouver la perle, les parents doivent se mettre dans la peau d’un employeur tout en faisant confiance à leur feeling. Une mission nouvelle et pas toujours évidente à laquelle s’est frotté Marc Auroy à la naissance de ses deux petits garçons (3 ans et 1 an aujourd’hui). C’est en réaction à son expérience qu’il a créé BestNounou.com, une plateforme de mise en relation géolocalisée entre parents et nounous. La marche à suivre a le mérite d’être simple et intuitive : on entre son adresse pour géolocaliser les nounous référencées dans un périmètre choisi (partout en France et en Belgique), on affine ensuite la recherche selon des critères précis – tarif horaire, niveau d’expérience, formations, langues parlées, recommandations, etc. Il ne reste plus qu’à contacter les nounous choisies pour organiser des entretiens.

Cette formule de mise en relation, moins coûteuse qu’une agence, présente l’avantage de laisser totalement libres les familles et les nounous. Pas de commission ici, on ne paie qu’au moment de la prise de contact et selon ses besoins, avec des forfaits de messages illimités pour la journée (4,99 euros), la semaine (9,99 euros) ou le mois (19,99 euros), ou un coût fixe par appel téléphonique (1,99 euros). « La première chose à vérifier lors de l’entretien ce sont les références de la nounou, conseille Marc. Diplômes, lettres de recommandation, numéro où joindre les familles pour lesquelles elle a déjà travaillé… il est normal de s’assurer de l’expérience et des compétences qu’on recherche chez une nounou avant de l’embaucher ».

Les démarches
Une fois que parents et nounou tombent d’accord sur les horaires, le salaire et l’organisation, un contrat de travail doit être établi et signé par les deux parties (imprimer un modèle de contrat). La famille doit ensuite déclarer chaque mois le salaire de sa nounou auprès de Paje Emploi (équivalent de l’URSSAF pour la garde d’enfant) et de la CAF pour bénéficier des aides auxquelles elle a droit.

Plus d’infos : le guide BestNounou.com scrute tous les modes de garde pour vous aider à choisir.

 

La crèche
C’est un peu le Graal des jeunes parents, prêts à tout entreprendre pour obtenir cette sacro-sainte place en crèche. Avant de partir en campagne, il n’est pourtant pas inutile de se demander si cette solution est faite pour vous et quels choix s’offrent à votre petite famille en passe de s’agrandir.

Les avantages : En tant que structure d’accueil de jeunes enfants ultra réglementée, la crèche possède l’avantage d’offrir un environnement humain et matériel complètement adapté aux tout-petits, dès deux mois et demi : 40% du personnel possède un diplôme d’éducateur de jeunes enfants ou d’auxiliaire de puériculture (diplômes d’État), les autres intervenants étant aussi des professionnels certifiés par un CAP ou une formation petite enfance. Au-delà de la garde des enfants au quotidien, les équipes sont tenues de présenter et de respecter un projet pédagogique favorisant la sociabilisation, l’autonomie et la créativité. Autre atout éducatif : le contact stimulant des autres enfants et la présence de plusieurs adultes référents et complémentaires. Dans un registre plus pratique, la plupart des crèches ne ferment que 5 semaines par an (en général un mois l’été et une semaine dans l’année).
Les crèches privées présentent quant à elles l’avantage d’être plus flexibles sur les horaires : elles s’adaptent le plus possible aux agendas des familles accueillies.

Les inconvénients : Le principal obstacle est bien sûr le manque de places (on estime qu’il manque actuellement 400 000 places au niveau national), d’où des démarches d’admission longues et pas toujours couronnées de succès pour les parents. Si la demande est très forte du côté des familles, reste que pour certaines, la crèche est loin d’être la solution idéale : les horaires fixes sont par exemple peu adaptés à des parents qui sortent du travail au-delà de18h30. Par ailleurs la crèche peut refuser de prendre un enfant s’il est malade et qu’il est susceptible de transmettre un virus aux autres petits. Plus généralement, la crèche exige des parents qu’ils soient à l’aise avec la notion de collectivité et avec l’idée que leur enfant ne voie pas ses besoins comblés immédiatement. En bref, les parents « poules », facilement inquiets pourraient se sentir plus à l’aise avec une nounou entièrement dédiée à leur enfant et avec laquelle ils peuvent fixer les règles.

Le coût
Il faut distinguer les crèches publiques des crèches privées. Les premières sont financées en partie par la municipalité, ce qui réduit significativement la part à payer par les familles, calculée en fonction de leurs revenus. Les secondes en revanche, gérées par des opérateurs privés, ne reçoivent pas toujours de financement public, une part plus élevée est alors payée par les familles ou par leur employeur dans le cadre d’une crèche interentreprise.

Une crèche interentreprise est une crèche privée dans laquelle un certain nombre de berceaux sont réservés par une ou plusieurs entreprises. Elles sont accessibles aux parents qui travaillent dans l’entreprise qui a subventionné les places. Pour les familles, le coût revient alors à celui d’une crèche municipale. Pour le chef d’entreprise, cette solution est un levier de fidélisation et de motivation des salariés en leur permettant de mieux concilier via familiale et professionnelle.

Une micro-crèche est une crèche privée qui peut accueillir une dizaine d’enfants au maximum. Elle propose en général des places d’entreprises et des places pour les parents en direct.


Les démarches

Pour la crèche municipale : On conseille aux futurs parents d’aller se renseigner dans leur mairie sitôt la grossesse confirmée. Ils devront s’inscrire au service petite enfance de la commune, et valider cette inscription en assistant à une réunion d’information. Cette date de pré-inscription est importante puisqu’elle est prise en compte pour les listes d’attente. Juste après la naissance, les parents envoient un acte de naissance à la mairie pour valider leur inscription et finaliser le dossier avec la mairie.

On pense souvent qu’on ne peut postuler que dans la crèche de sa commune, mais rien n’interdit de tenter sa chance dans toutes les crèches alentour. Si les places sont réservées en priorité aux habitants de la commune, certaines villes sont mieux loties que d’autres en nombre de places et le nombre aléatoire de naissances dans l’année peut jouer en votre faveur.

Pour les crèches privées, contactez directement la crèche visée pendant la grossesse.

Pour une crèche interentreprise : la première chose à faire est de se renseigner auprès du service RH ou du CE (comité d’entreprise) de votre entreprise pour savoir si elle a réservé des berceaux pour ses salariés. Si ce n’est pas le cas, entrez en contact avec une société spécialisée comme Ma Place en crèche, qui portera la démarche pour vous et négociera avec l’entreprise le financement d’une place en crèche.

Plus d’infos : le guide en ligne Ma Place en Crèche sur la petite enfance

M. D.

 

Lire aussi sur Les Louves
L’art délicat des étrennes pour votre nounou
Recruter une nounou bilingue pour les sorties d’école


Article réalisé avec notre partenaire, BestNounou.com. 

(Visited 2 148 times, 1 visits today)
Il y a 0 commentaire Lire les commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *