Éducation avant l’école : ce qu’il faut retenir du livre de Céline Alvarez

livre-celine-alvarez

 À la une des médias depuis la rentrée des classes, le manifeste de cette institutrice avant-gardiste a jeté un pavé dans la mare et suscité quelques controverses. Après trois années dexpérimentation dans une classe maternelle de Gennevilliers, Céline Alvarez propose de repenser l’école maternelle en respectant « Les lois naturelles de lenfant ». Une lecture inspirante et déculpabilisante qui ne concerne pas que le microcosme de l’école. Petit résumé à lusage des parents qui nont plus le temps de lire

 

Vous êtes géniaux
C’est ce qui ressort des 150 premières pages de ce livre très scientifique : un sentiment de soulagement. On y apprend que les jeunes parents remplissent très bien leur rôle puisqu’ils sont tout simplement faits pour ça. Plus précisément, l’auteur y dévoile la nouvelle connaissance que nous avons de la formation de l’intelligence dès le plus jeune âge, grâce à l’imagerie cérébrale. Le résultat, avec beaucoup de raccourcis, montre qu’à sa naissance, un enfant possède des prédispositions innées qui ne demandent qu’à être activées par son environnement. Et là, nul besoin d’investissements coûteux ou de jardin d’enfant pour bébés précoces, c’est le sourire et la présence de l’adulte qui comptent par-dessus tout. Ainsi, pour être un bon parent face à un enfant de moins de 3 ans, il suffit de lui parler le plus possible, de lui montrer les choses et de le laisser explorer le monde à son rythme et avec ses cinq sens, rien de plus…

Extrait choisi :
« Pour accompagner l’enfant de sa naissance à l’âge de 2 ans, il faudrait simplement rappeler aux parents à quel point leur étayage spontané est fondamental, et que toutes ces petites interactions-aussi banales que le partage de comptines- sont absolument essentielles, et qu’ils doivent continuer en ce sens : parler pendant le moment du bain, jouer avec lui en racontant des histoires avec les jouets en plastique qui font jaillir de l’eau lorsqu’on les presse, nommer les aliments et les objets qu’il pointe du doigt, s’adresser à lui avec un langage précis et correct, chanter des chansons, lire des histoires, écouter ensemble de la musique et danser, peindre, faire de la pâte à modeler, l’aider à manger seul, le rassurer lorsqu’il est débordé par ses émotions ou par un stress, et accompagner ses conquêtes, en les soutenant, sans jamais les forcer. »

 

Votre enfant aussi…
Les preuves scientifiques de l’exceptionnelle intelligence des tout-petits citées dans ce livre sont ahurissantes. L’importance du « câblage neuronal » de 0 à 3 ans, les capacités innées d’un bébé pour décoder le monde et en tirer des règles de façon logique, mais aussi l’importance de la stimulation de ces facultés pour le futur de son parcours à l’école et dans la vie… Autant d’arguments pour nous encourager à ne pas prendre les toutes premières années d’un enfant à la légère sur le plan de l’éveil et de l’éducation, et à ne jamais brider sa curiosité.

Extrait choisi :
« Internet possède environ 100 000 milliards d’hyperliens. Le cerveau de l’adulte en possède environ le triple, soit 300 000 milliards. L’enfant, lui, en possède dix fois plus que le réseau Internet mondial : un million de milliards de connexions de neurones ! Cela nous donne une idée de la puissance de ce déploiement synaptique pendant l’enfance : tout ce que l’enfant perçoit dans son environnement – absolument tout- crée une connexion. Lors de cette période de forte plasticité cérébrale, il suffit à l’enfant de vivre et d’explorer librement le monde pour apprendre à une vitesse extraordinaire. Le jeune enfant ne peut donc pas ne pas apprendre. »

 

Vous pouvez faire aussi bien à la maison
Les méthodes et le matériel inventés par Édouard Séguin et Maria Montessori visent principalement un apprentissage par la perception sensorielle, d’où le terme de pédagogie active ou naturelle, mis en avant dans le livre de Céline Alvarez. Résultat, on peut appliquer facilement les grands principes de cette pédagogie dans la vie de tous les jours, en adoptant par exemple « la leçon en 3 temps » ; ces trois temps « permettent à l’enfant de mémoriser deux ou trois nouveaux mots d’une manière extraordinairement efficace » :

  1. Nommer soi-même l’objet en le pointant du doigt et le faire répéter à l’enfant.
  2. Montrer. Demander à l’enfant de montrer l’objet et lui faire pointer du doigt l’objet en question.
  3. Identifier. Pointer l’objet du doigt et demander « qu’est-ce que c’est?»

Extrait choisi :
« Ce matériel [le matériel spécifique utilisé dans la classe de Gennevilliers,ndlr] vient compléter une vie réelle vivante, riche et variée : marcher dans le sable, sur la moquette, toucher du bois, faire de la peinture, de la poterie, jouer dans l’eau, transporter des morceaux de bois pour aider à faire un feu – et donc comparer les longueurs pour ne prendre que les plus fines et les plus petites par exemple-, préparer une salade de fruits et nommer toutes leurs belles couleurs (…). Toutes ces expériences sensorielles si simples et si naturelles sont celles qui nourrissent l’intelligence plastique de l’enfant en plein développement, et ce sont elles qui sont irremplaçables. Le matériel n’offre pas le contenu à l’enfant, il offre lordre pour ce contenu : il lui permet d’organiser et de nommer certaines impressions que le monde lui a déjà apportées. »

Céline Alvarez, Les lois naturelles de lenfant, éditions les Arènes.

M. D.
Lire aussi sur Les Louves
Les clefs pour appliquer Montessori à la maison
Les clefs de l’éducation positive pour des mamans zens et des enfants heureux

(Visited 16 848 times, 7 visits today)
Il y a 1 commentaire Lire les commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *