6 méthodes douces pour se préparer à un accouchement plus naturel

Accouchement Naturel
Accouchement Naturel

Il y a encore une poignée d’années, on n’avait guère le choix dans les cours de préparation à l’accouchement proposés. Axés sur un enseignement théorique, ils visaient généralement à préparer les femmes au Jour J, sans toujours prendre en compte leurs attentes et leurs envies. Aujourd’hui, on a plus facilement accès à d’autres méthodes, pour préparer le corps et l’esprit, que l’on ait choisi ou non d’avoir recours à la péridurale. En voici six, douces et efficaces, pour un accouchement plus naturel.

 

La méthode Bonapace
Théorisée au Québec par Julie Bonapace, cette méthode prépare les parents à un accouchement naturel et physiologique en travaillant sur des points d’acupuncture, des zones de massages, des postures et la respiration. Contrairement aux séances de préparation classiques, où la présence du futur papa n’est pas toujours indispensable, la méthode Bonapace donne à ce dernier un rôle primordial. En exerçant des pressions avec ses doigts au niveau des mains, des pieds et du fessier, mais aussi en prodiguant des massages de la région lombaire de la future maman, il contribue à soulager la douleur des contractions. Il aide aussi la future maman à maîtriser cette douleur grâce à la « déviation de l’attention », une technique de respiration qui permet de se détourner de la douleur. Rassurée par la présence active de son compagnon, elle peut se concentrer pleinement sur l’arrivée prochaine de son bébé et envisager ainsi chaque contraction comme un pas de plus que son enfant franchit vers la naissance.

En pratique : Quatre séances de préparation à l’accouchement au minimum sont nécessaires pour maîtriser la méthode Bonapace. Intégralement remboursées par la Sécurité sociale à compter du sixième mois de grossesse, elles sont dispensées par une sage-femme ou un médecin.
Plus d’informations sur la méthode Bonapace et liste des sages-femmes la pratiquant sur le site officiel de la méthode Bonapace. www.bonapace.com
Accoucher sans stress avec la méthode Bonapace, Julie Bonapace, Les éditions de l’Homme.

La préparation en piscine
Douceur, légèreté et relaxation sont les maîtres-mots de la préparation à l’accouchement en piscine. Ouverte à toutes les femmes (sauf contre-indication médicale), y compris à celles qui ne savent pas nager, elle offre aux futures mamans un vrai moment de bien-être. Immergées dans une eau chauffée entre 28° et 34°C,  délestées du poids et des inconforts corporels liés à leur grossesse, elles se reconnectent à leur corps, découvrent de nouvelles sensations et sont en symbiose totale avec leur bébé.
Réalisées en petits groupes, les séances de préparation en piscine comprennent généralement des exercices de tonification et d’assouplissement du corps : pectoraux, bras, jambes et périnée sont sollicités afin de se maintenir en forme tout au long de sa grossesse et se préparer aux différentes phases de l’accouchement. Des exercices de respiration pour optimiser le souffle, des étirements musculaires et de la relaxation complètent la séance, qui dure en moyenne une heure.

En  pratique : Les séances de préparation en piscine peuvent être réalisées dès le quatrième mois de grossesse et nécessitent la délivrance d’un certificat médical. Elles ne sont généralement pas remboursées par la Sécurité sociale, sauf si elles sont réalisées par une sage-femme ou un médecin. Néanmoins, leur coût peut être en partie ou intégralement pris en charge par les mutuelles.

 

L’acupuncture
Ponctuellement utilisée par les futures mères pour soulager leurs maux de grossesse, l’acupuncture s’avère aussi être une méthode de préparation à l’accouchement à part entière, bien qu’encore peu pratiquée. Trouvant son origine dans la médecine chinoise, elle vise à faire circuler les énergies dont le fragile équilibre a été chamboulé par la grossesse. À l’aide de sept à huit très fines aiguilles, la sage-femme acupunctrice stimule des points précis du corps pour soulager des inconforts de la grossesse, préparer le périnée et assouplir le col mais aussi apaiser les angoisses qui surviennent bien souvent quelques semaines avant l’accouchement. Efficace et sans danger dès le premier mois de grossesse, l’acupuncture peut aussi se révéler utile pour aider un bébé qui se présenterait par le siège à se retourner ou encore à déclencher le travail en cas de dépassement de terme.

En  pratique : Chaque séance d’acupuncture est individuelle car pensée comme un moment intime pour se connecter à ses émotions. Aussi, même le futur papa ne peut y assister. Elles sont remboursées à 100% par la Sécurité sociale à compter du sixième mois de grossesse si elles sont pratiquées par une sage-femme. La liste des sages-femmes formées à cette méthode est disponible sur le site de l’association des sages-femmes acupunctrices (AFSFA). www.afsfa.gestasso.com

 

Le yoga prénatal
Accessibles à toutes les femmes enceintes, même celles n’ayant jamais pratiqué de yoga avant leur grossesse, les séances de yoga prénatal sont un moment privilégié pour se préparer physiquement à l’accouchement et pour se relaxer mentalement. En y réalisant des exercices physiques doux, la future maman se maintient en forme, apprend à mieux positionner son bassin et ainsi limite les petites douleurs qui surviennent tout au long de sa grossesse. Très axées sur la respiration, les séances de yoga prénatal sont aussi l’occasion de prendre conscience de son périnée et de le préparer en vue du Jour J. Enfin, les exercices de maîtrise de son souffle qu’on y enseigne s’avèrent très précieuses pour atténuer les douleurs des contractions.

En pratique : Le yoga prénatal peut être pratiqué dès les premiers mois de grossesse. Réalisées en petits groupes, les séances comprennent généralement un temps d’échauffement, puis des postures et étirements, ainsi que des exercices de respiration. Les futurs papas peuvent y être les bienvenus pour masser leur compagne et l’aider à faire ses étirements. Lorsqu’elles sont réalisées à compter du sixième mois de grossesse et par une sage-femme, les séances de yoga prénatal sont remboursées à 100% dans la limite de huit séances.

 

La sophrologie
Très plébiscitée par les mamans, cette méthode de préparation à l’accouchement vise à envisager avec sérénité son accouchement en se reconnectant à ses sensations. Menées en petits groupes ou de façon individuelle, les séances sont conçues pour favoriser au maximum la relaxation corporelle. On y apprend la technique de « respiration profonde », par le ventre qui contribue à réduire le stress et à créer un lien privilégié avec le bébé. Les yeux fermés, plongée dans un état de semi-conscience très agréable, il est alors possible de dénouer ses muscles. La visualisation positive est également utilisée comme un outil de relaxation : pendant la séance, la sage-femme invite la future maman à imaginer un paysage de détente qu’elle pourra se remémorer lors de son accouchement. Couplée aux exercices de respiration, la visualisation positive facilite la dilatation du col et permet de mieux récupérer dans l’attente de prochaines contractions.

En pratique : Il est conseillé de commencer les séances de sophrologie à compter du cinquième ou du sixième mois de grossesse. Dispensées par une sage-femme sophrologue, elles commencent par un temps de parole où l’on peut parler librement de ses petites angoisses et peurs liées à l’accouchement. Suivent des exercices de respiration et de relaxation. Ces séances sont remboursées intégralement par la Sécurité sociale, dans la limite de 8 séances.

 

L’hypnonatal
Particulièrement recommandée pour celles qui souhaitent accoucher sans péridurale, l’hypnonatal est une méthode de préparation à l’accouchement sensorielle très douce, généralement pratiquée en séances individuelles. Grâce à une série d’exercices de respiration et de visualisation, la future maman accède à une perception très fine de son corps, ainsi qu’à son subconscient. Il est alors possible pour l’hypnotiseur de « remplacer » ses inquiétudes et refus inconscients par des images positives et apaisantes. Autre technique mobilisée par le praticien : le transfert de la douleur, qui consiste à déplacer la douleur des contractions vers une autre zone du corps et ainsi de mieux maîtriser ses sensations au moment de l’accouchement.

En pratique : Il est conseillé de débuter les séances d’hypnonatal dès le sixième mois de grossesse à raison d’un rendez-vous tous les quinze jours, en plus d’un entraînement à la maison. Seules les séances dispensées par une sage-femme sont remboursées par l’Assurance maladie. Sinon, comptez entre 50 et 80 euros pour une séance individuelle et environ 40 euros pour une séance de groupe.

Charlotte Arce
Crédit photo : BellyBalloonPhotography x Les Louves 

Lire aussi sur Les Louves
Comment se préparer à un accouchement sans péridurale ?
Vos confidences : j’ai décidé d’accoucher sans péridurale
Qu’est-ce qu’un projet de naissance ? 

(Visited 365 times, 2 visits today)
Il y a 0 commentaire Lire les commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *